Ostéotomie tibiale

Accueil    //    Membre inférieur (chirurgie genou & hanche)    //    Chirurgie genou (prothèse & ostéotomie genou)    //    Ostéotomie tibiale

L’ostéotomie tibiale est une technique chirurgicale visant à traiter l’arthrose du genou. Dans cet article, découvrez les indications de cette chirurgie, son déroulement, ainsi que les suites post-opératoires pour les patients.

Qu’est-ce que l’ostéotomie tibiale ?

L’ostéotomie tibiale de valgisation est une technique chirurgicale conservatrice permettant le traitement de l’arthrose interne précoce du genou. Cette méthode consiste en une modification axiale du genou afin de permettre une meilleure répartition des contraintes sur l’articulation et donc une réduction de l’usure du cartilage du genou. De plus en plus utilisée, elle est une alternative aux techniques chirurgicales non conservatrices comme les prothèses de genou.

osteotomie tibiale vagialisation otv institut du rachis paris chirurgien du rachis specialiste dos paris

Indications de l’ostéotomie tibiale

L’arthrose du genou est une pathologie caractérisée par l’usure progressive du cartilage de l’articulation permettant le glissement du fémur avec le tibia. Progressivement invalidante, cette usure est le plus souvent due à une déformation du squelette jambier. L’arthrose du genou provoque chez le patient des douleurs, des raideurs, ainsi qu’une impotence fonctionnelle, c’est pourquoi une prise en charge chirurgicale rapide s’impose. Ainsi, lorsque la pathologie est encore à un stade dit « précoce », il est possible de réaliser une ostéotomie tibiale. L’ostéotomie tibiale est particulièrement intéressante pour les patients de moins de 60 ans souffrant d’arthrose fémoro-tibiale car elle permet d’éviter la pose d’implants prothétiques plus contraignants.

Déroulement de l’ostéotomie tibiale

Avant l’intervention, un examen clinique et radiographique permet de déterminer l’avancement de l’arthrose chez le patient et de définir la correction à apporter pour rétablir une bonne répartition des contraintes sur le genou. Une fois la possibilité d’opération confirmée et la date fixée, le patient reçoit des consignes préopératoires :

  • Arrêt de la consommation de tabac au moins un mois avant la date de l’intervention, et à poursuivre au moins 6 mois après l’opération.
  • Pour les patients atteints d’une infection évolutive, une antibiothérapie adaptée peut être prescrite et l’ostéotomie tibiale différée.
  • La veille ainsi que le matin même de l’intervention, le patient doit prendre une douche avec du savon chirurgical ainsi qu’un désinfectant de type Bétadine.

 

L’ostéotomie tibiale est une technique pouvant être réalisée de 2 différentes manières : soit en ouvrant la partie interne du tibia ou ostéotomie tibiale de varisation par addition interne, soit en fermant la partie externe du tibia ou ostéotomie tibiale de soustraction externe.

 

  • L’ostéotomie par addition interne

Le chirurgien commence par une dissection chirurgicale afin de mettre en place sur le tibia le guide de coupe adapté. Il réalise ensuite l’ostéotomie en incisant obliquement le tibia à l’aide d’un ciseau a os pour corriger la déformation axiale. Une greffe osseuse par cage est souvent nécessaire afin de maintenir la correction et favoriser la consolidation. Le tibia est ensuite fixé à l’aide d’une plaque vissée, puis le chirurgien suture les incisions. La cicatrice est située au niveau de la face interne de la jambe juste en-dessous du genou.

 

  • L’ostéotomie par soustraction externe

Le chirurgien commence par une dissection chirurgicale afin d’exposer la partie proximale du tibia et du péroné. Avant de poser le guide de coupe adapté sur le tibia, le chirurgien réalise une coupe osseuse du péroné. Il réalise ensuite l’ostéotomie en incisant obliquement ou horizontalement le tibia à l’aide d’une scie pour corriger la déformation axiale. Il retire également une partie externe du tibia et fixe ce dernier à l’aide d’une plaque visée ou d’agrafes avant de suturer les incisions. La greffe osseuse n’est pas nécessaire avec ce type d’ostéotomie. La cicatrice, verticale, est située au niveau de la face externe de la jambe juste en-dessous du genou.

Suites post-opératoires

Consignes post-opératoires

Suite à l’intervention, un drain est mis en place dans la cicatrice afin d’éviter la formation d’un hématome. Le genou est immobilisé ou non à l’aide d’une attelle tout le long de la consolidation osseuse. Les pansements stériles protégeant la cicatrice doivent être changés régulièrement par une infirmière, et un traitement antidouleurs est mis en place immédiatement. Le lever est autorisé le jour même de l’opération, ou le lendemain pour certains patients. Un traitement à base d’anticoagulants est prescrit au patient pour environ 6 semaines afin de réduire le risque de phlébite. Le patient reçoit un arrêt de travail d’environ 3 mois.

 

Rééducation post-opératoire

La rééducation est mise en place dès le lendemain de l’intervention. Elle consiste en des séances à base d’exercices passifs de kinésithérapie afin de permettre au patient une récupération de la mobilité articulaire du genou et le renforcement quadricipital pour le verrouillage du genou. Cette première étape dure environ 1 mois. Suite à cette étape, la remise en charge peut être mise en place progressivement à l’aide d’une canne de marche. Lorsque le verrouillage est bon, l’attelle peut être retirée. La reprise de la conduite est possible entre 2 et 3 mois après l’intervention.

Risques et complications de l’ostéotomie tibiale

Comme pour toute intervention chirurgicale, l’ostéotomie tibiale comporte des risques. Ces derniers sont soigneusement expliqués au patient par le chirurgien et l’anesthésiste :

  • Une infection : c’est le risque majeur lors d’une intervention chirurgicale. En cas d’infection, une nouvelle intervention ainsi qu’un traitement antibiotique peuvent être nécessaires.
  • Le développement d’une phlébite du membre inférieur : elle peut être prévenu par la mise en place d’un traitement anticoagulant et le port de bas spécifiques.
  • Un retard (rare) de consolidation osseuse.
  • Un démontage du matériel d’ostéosynthèse pour les patients ayant repris trop rapidement l’appui.
logo institut du rachis parisien dr delambre dr poignard
Cette page a été rédigée par les spécialistes de l’Institut du Rachis Parisien, composé de chirurgiens orthopédistes spécialistes du dos, de neurologues, de radiologues, d’anesthésistes et de kinésithérapeutes.

Qu'avez-vous pensé de cette page ?

Note moyenne 5 / 5. Nombre de notes : 19

Nous sommes désolés de savoir que cette page vous déplait

Aidez-nous à l'améliorer

Comment donner de la valeur à cette page selon vous ?