Prothèse totale de hanche

Accueil    //    Membre inférieur (chirurgie genou & hanche)    //    Chirurgie de la hanche à Paris    //    Prothèse totale de hanche

L’arthroplastie totale de hanche (prothèse totale de hanche) est une chirurgie réparatrice de l’articulation de la hanche. Dans cet article, découvrez les indications de cette opération, le déroulement, et les suites opératoires.

Prothèse totale de hanche définition

L’arthroplastie totale de la hanche consiste en le remplacement de l’articulation de la hanche par une prothèse totale. En effet, lorsque l’articulation est sujette à l’arthrose, celle-ci s’use progressivement et provoque des douleurs et une forte perte de mobilité. C’est pourquoi la mise en place d’une prothèse totale de hanche s’avère nécessaire.

prothese hanche paris prothese hanche operation institut du rachis paris chirurgien du rachis specialiste dos paris

Indications de la prothèse de hanche

La hanche est une articulation permettant l’ajustement du fémur dans la cavité du bassin appelée cotyle. C’est le cartilage de cette articulation recouvrant les extrémités osseuses qui permet le glissement des os entre eux. Cependant, lorsque le cartilage s’use progressivement avec le temps ou à la suite d’une fracture, les surfaces osseuses sont mises à nu ce qui provoque des douleurs, des raideurs, ainsi qu’une perte de mobilité importante : c’est l’arthrose ou coxarthrose. Au stade précoce, l’arthrose peut être soulagée par des traitements médicamenteux. Cependant, lorsque ces traitements ne permettent plus de soulager le patient et que l’impotence s’installe, la chirurgie s’avère indispensable.

 

En cas d’arthrose avancée de la hanche, la solution chirurgicale est la prothèse totale de hanche. Cette prothèse est composée de 2 parties principales couplées et permettant le frottement : l’implant fémoral ou tige, et l’implant cotyloïdien ou cupule. Plusieurs types de prothèses sont disponibles, avec des durées de vie de plus en plus longues :

  • Les prothèses avec un couple dur/dur : céramique/céramique.
  • Les prothèses avec un couple dur/mou : métal/PE ou céramique/PE.

Enfin, certaines prothèses peuvent être cimentées ou non pour permettre la fixation des implants sur les surfaces osseuses. Le choix se fait en fonction de l’âge, des antécédents et de l’habitue du chirurgien

Déroulement de la pose de prothèse de hanche

Avant l’intervention, certaines précautions doivent être prises pour permettre un résultat optimal de la chirurgie :

  • Tout éventuel foyer infectieux doit être éliminé : le patient se voit prescrire une analyse d’urine si il a des antécédents infectieux ou des problème urinaires et une consultation dentaire.
  • Le patient est vu en consultation d’anesthésie préopératoire
  • La consommation de tabac doit être stoppée au moins 1 mois avant la date de l’opération.

 

La chirurgie de prothèse totale de hanche est réalisée par voie antérieure ou postérieure en respectant les muscles de la hanche, ce qui permet une récupération rapide et une meilleure stabilité de la prothèse. Ainsi, le chirurgien commence par réaliser une incision au niveau de la hanche, il écarte ensuite les muscles pour créer un accès à l’articulation. Il retire tout d’abord la tête fémorale puis il sépare le fémur et la cotyle pour pouvoir poser la prothèse. La cupule (partie hémisphérique creuse) est fixée au niveau de la cotyle, tandis que la tige avec une bille remplaçant la tête fémorale et s’articulant avec la cupule est fixée sur le fémur. Une fois le remplacement terminé, la plaie est refermée et suturée et le chirurgien pose un pansement stérile.

 

L’arthroplastie totale de hanche dure environ 1 heure et nécessite 3 à 5 jours d’hospitalisation. L’intervention est réalisée sous rachianesthésie ou sous anesthésie générale en fonction des patients.

    Suites post-opératoires de l’arthroplastie totale de hanche : après une prothèse de hanche

    Consignes post-opératoires

    Suite à l’intervention, le pansement stérile doit être conservé pendant une quinzaine de jours. Un traitement antidouleurs est mis en place immédiatement, et la bonne cicatrisation est contrôlée régulièrement par l’équipe médicale. Certaines consignes spécifiques sont données au patient afin de permettre une guérison efficace :

    • la vaisselle doit être placée à hauteur de plan de travail ;
    • les tapis doivent être retirés pour éviter les risques de glissades ;
    • le patient doit pré-préparer des repas pour faciliter la guérison dans les premiers jours ;
    • le patient doit prendre contact avec une infirmière à domicile et/ou une aide-ménagère, ainsi qu’un kinésithérapeute pour la rééducation.

     

    Rééducation post-opératoire

    Au lendemain de l’intervention, le patient est levé par le kinésithérapeute. Celui-ci l’aide à marcher. Des cannes ou béquilles permettent de faciliter les déplacements du patient dans les premiers jours. Celui-ci peut débuter la montée et descente de marches d’escalier au bout de 3 jours après l’opération. La prothèse totale de hanche étant parfaitement stable, la rééducation en centre ou avec un kinésithérapeute n’est pas nécessaire (sauf cas particuliers). Le patient peut reprendre la conduite à partir de 6 semaines post opératoire et la reprise du travail et des activités sportives se font environ 2 mois après l’intervention.

    Risques et complication d’une prothèse de hanche

    Comme pour toute intervention chirurgicale, l’arthroplastie totale de hanche présente certains risques dont le patient doit être conscient :

    • les risques généraux liés à l’anesthésie ;
    • la formation d’un hématome nécessitant une évacuation ou une transfusion ;
    • une infection de la prothèse nécessitant un traitement antibiotique adapté et un lavage chirurgical ou un remplacement de la prothèse ;
    • une atteinte des nerfs de la hanche pouvant induire des douleurs et/ou une perte de sensibilité ;
    • la formation de caillots engendrant une phlébite traitable à l’aide d’anticoagulants ;
    • Luxation de la prothèse de hanche nécessitant une nouvelle intervention afin de remettre la prothèse en place.
    logo institut du rachis parisien dr delambre dr poignard
    Cette page a été rédigée par les spécialistes de l’Institut du Rachis Parisien, composé de chirurgiens orthopédistes spécialistes du dos, de neurologues, de radiologues, d’anesthésistes et de kinésithérapeutes.

    Qu'avez-vous pensé de cette page ?

    Note moyenne 5 / 5. Nombre de notes : 13

    Nous sommes désolés de savoir que cette page vous déplait

    Aidez-nous à l'améliorer

    Comment donner de la valeur à cette page selon vous ?