Fracture – Tassement vertébral

Accueil    //    Pathologies du rachis (lombaire & cervical)    //    Traumatologie (rachis, membre inférieur)    //    Fracture – Tassement vertébral

Parmi les lésions traumatiques du rachis la fracture tassement vertébral est une entité particulière car elles sont souvent en rapport avec des traumatismes modérés et sont parfois même spontanées.

Définition de la fracture – tassement du rachis

Par définition, les fracture-tassement du rachis se produisent lorsque le corps vertébral de la vertèbre s’affaisse (se tasse). Les tassements vertébraux sont considérés comme un type de fracture vertébrale et doivent être traités comme tel.

 

Elles ne nécessitent pas forcément d’intervention chirurgicale mais sont potentiellement problématiques et dans ce cas font l’objet d’une chirurgie visant à les stabiliser.

Fracture du rachis : conséquence et causes

Les fractures du rachis sont de deux types :

  • Elles sont d’origine traumatique, c’est-à-dire qu’elles interviennent suite à un traumatisme violent (accident de la route ou chute d’une échelle par exemple). Ce type de fracture vertébrale concerne plutôt une population jeune.
  • elles surviennent suite à des traumatismes de moindre ampleur (chute de sa hauteur, effort de soulèvement d’une charge…), ou de manière spontanée, sur une structure osseuse fragilisée, souvent par de l’ostéoporose parfois par une tumeur.

 

Les symptômes d’une fracture du rachis lombaire se caractérisent avant tout par la douleur. Celle-ci est localisée en fonction de la vertèbre fracturée et accentuée en position assise ou debout. Seule la position allongée permet de soulager partiellement cette douleur.

La convalescence dure plusieurs semaines, temps nécessaire à la fracture tassement de consolider.

Ces fractures peuvent très rarement entrainer des troubles neurologiques (paralysie, anesthésie) dans les membres inférieurs et /ou au niveau du périnée. Néanmoins, ces compressions neurologiques restent rares et interviennent dans le cadre de traumatisme à forte énergie (chute d’un lieu élevé, accident de la route…).

Ces fractures tassement s’il consolide mal (en mauvaise position), occasionnent un déséquilibre (cyphose, scoliose secondaire…) qui peuvent être source de douleur séquellaire définitives, justifiant une prise en charge précoce et adapté de tous les tassements.

Diagnostic de la vertèbre fracturée

Examen clinique de la fracture du rachis cervical 

Si le patient présente des douleurs importantes au niveau du dos suite à un accident ou une chute, il faut procéder à la recherche d’une fracture sur la colonne vertébrale.

L’examen clinique précise le niveau de la douleur et recherche des troubles neurologiques comme une paralysie ou une anesthésie. Il évalue l’impact sur l’autonomie (problèmes pour se déplacer). Toute suspicion de fracture doit être confirmée par l’imagerie médicale.

 

Examen(s) d’imagerie de la fracture-tassement 

La radiographie permet de confirmer ou non la présence d’une fracture. Elle porte sur la colonne vertébrale lombaire et thoracique. Elle le plus souvent suffisante pour établir le diagnostic et définir le traitement à faire.

Le patient est parfois invité à passer un scanner qui peut confirmer un diagnostic quand la radiographie ne permet pas d’être certain.

L’IRM sera prescrite lorsqu’il existe un tassement à la radiographie mais qu’il existe un doute sur son caractère ancien. L’IRM recherchera un œdème qui s’il est présent marque un caractère encore récente (ou semi récent) du tassement.

 

Potentiels examens complémentaires

 Aucun examen complémentaire n’est pratiqué pour le diagnostic.

Des examens à la recherche d’une ostéoporose (ostéodensitométrie) seront réalisés.

Fracture – tassement de vertèbres : traitement

Traitement médical du tassement

De manière générale, toute fracture ostéoporique doit faire l’objet d’un traitement médical au moins de l’ostéoporose.

 

Antalgique et corset

Toutes les fractures du rachis lombaire ne nécessitent pas forcément une intervention chirurgicale. Lorsque le tassement est modéré et considéré comme sans risque, un traitement médical peut alors être appliqué de manière préférentielle. Des médicaments sont prescrits au patient pour limiter la douleur. Il faut y associer temporairement une diminution des efforts et des gestes risquant d’aggraver les douleurs dorsales (port de charge…) pendant le laps de temps nécessaire à la consolidation de la fracture.

Un traitement orthopédique est également possible avec le port d’un corset adapté à la morphologie du patient (fabriqué sur mesure) dont le but est de limiter les douleurs en immobilisant le dos.

Une surveillance radiographique régulière doit être organisée pour surveiller que le tassement ne s’aggrave pas.

 

Infiltration

Les infiltrations ne sont d’aucune utilité dans le cas d’une fracture du rachis.

 

Rééducation

Elle intervient secondairement lorsque la fracture a consolidé. Elle aura pour objectif d’assouplir le dos et de renforcer les muscles autour de la colonne vertébrale.

Son but est de limiter les douleurs persistantes séquellaires qui sont directement imputables au changement de morphologie de la vertèbre induit par le tassement.

 

Traitement chirurgical

Il est parfois nécessaire de recourir à une intervention chirurgicale pour empêcher le tassement de s’aggraver et tenter de restituer tout ou une partie de la morphologie vertébrale.

Plusieurs options s’offrent au chirurgien. La plus rependue aujourd’hui est la vertébroplastie ou encore la cyphoplastie qui correspond à la mise en place de ciment dans la vertèbre après avoir essayé de réduire le tassement.

logo institut du rachis parisien dr delambre dr poignard

Cette page a été rédigée par les spécialistes de l’Institut du Rachis Parisien (Professeur Allain, Docteur Arvieu, Docteur Delambre, Professeur Poignard, Docteur Queinnec).

Qu'avez-vous pensé de cette page ?

Note moyenne 4.6 / 5. Nombre de notes : 45

Nous sommes désolés de savoir que cette page vous déplait

Aidez-nous à l'améliorer

Comment donner de la valeur à cette page selon vous ?