Opération de la scoliose

Accueil    //    Traitements du rachis – Chirurgie du rachis    //    Opération de la scoliose

La chirurgie de la scoliose est rare et s’adresse à quelques cas très particuliers. Elle vise à diminuer les douleurs et les compressions nerveuses tout en redressant la déformation de la colonne vertébrale.

Qu’est-ce que la chirurgie de la scoliose ?

La scoliose touche les adultes comme les adolescents. Dans le premier cas, elle est souvent dégénérative favorisé par l’arthrose, alors qu’elle est dans le second cas généralement idiopathique. (Sans cause retrouvée)

 

L’opération de la scoliose permet de traiter directement la pathologie. En effet, celle-ci correspondant à une déviation anormale au niveau de la colonne vertébrale, elle peut être redressée par le biais de la chirurgie, permettant de soulager le patient. Le recours à la chirurgie est rare et doit être décidée au cas par cas.

 

L’élargissement du canal pour décomprimer les racines nerveuses et la moelle épinière n’est que rarement indiqué de manière isolée. Ainsi, la chirurgie visera plutôt à corriger la déformation en redressant la colonne vertébrale et est associée à une arthrodèse. Celle-ci permet de libérer les nerfs coincés par la déformation tout en corrigeant la déformation et en soulageant les douleurs.

Indications d’une opération colonne vertébrale scoliose

L’indication chirurgicale de la chirurgie de la scoliose reste relativement rare. En effet, il s’agit d’une intervention lourde s’adressant à une minorité de patients souffrant de scoliose. De ce fait, l’intervention d’un chirurgien spécialisé est nécessaire. L’indication sera retenue en cas d’évolution rapide des paramètres d’angle. Si une atteinte organique est constatée ou si les douleurs chroniques sont considérées comme invalidantes. De plus, l’opération de la scoliose n’est recommandée que si les compressions nerveuses demeurent importantes. En cas d’inefficacité du traitement médical et des infiltrations, l’acte chirurgical peut alors être envisagé. L’objectif majeur de l’opération reste la suppression des compressions nerveuses, la diminution de la douleur tout en redressant totalement ou partiellement la déformation de la colonne vertébrale. Cependant, cette intervention n’est pas obligatoire mais recommandée dans certaines situations.

Déroulement de l’opération de la scoliose : arthrodèse vertébrale

Le déroulement de l’opération s’effectue sur une durée moyenne comprise entre trois et sept heures. Elle nécessite une hospitalisation de 5 à 10 jours maximum et s’effectue sous anesthésie générale.

 

Cette intervention vise à bloquer certaines vertèbres les unes aux autres : c’est l’arthrodèse vertébrale. En utilisant des tiges spécifiques et des cages entre les vertèbres, le chirurgien va procéder à la réduction de la déviation. Celles-ci agissent comme des tuteurs accompagnés de crochets et de vis implantées sur les vertèbres. Une fois l’intervention réalisée, le chirurgien procède à une greffe osseuse, avec un fragment d’os qui a été préalablement prélevé sur les vertèbres ou à distance. Cet acte est indispensable pour permettre la fusion des différentes vertèbres entre elles dans la zone où les tiges sont fixées. Il faut attendre au minimum un an pour que la fusion soit considérée comme totale.

    scoliose operation scoliose adulte que faire institut du rachis paris chirurgien du rachis specialiste dos paris

    Suites post-opératoires de l’opération scoliose adulte

    Consignes post-opératoires

    Une fois la période d’hospitalisation terminée, le patient peut rentrer à son domicile et peut recevoir de l’aide si cela est nécessaire. En effet, le logement n’est pas toujours approprié à la condition et aux besoins du patient en post-op. Ce retour intervient généralement une semaine après l’opération.

     

    Le patient devra veiller à respecter les consignes post-opératoires fixées par le chirurgien en évitant de porter des charges lourdes, c’est-à-dire supérieures à 5 kg.

     

    Pendant une période de 3 a 6mois, les flexions du tronc vers l’avant sont à proscrire.

     

    Un mois après l’opération, une première consultation de contrôle aura lieu. Elle permettra de confirmer la cicatrisation et éliminer une infection.

     

    L’arrêt de travail dure au minimum trois mois, mais il atteint six mois dans la majorité des cas.

     

    Rééducation post-opératoire suite à une opération dos scoliose

    La rééducation est essentielle et commence généralement 24 à 48 heures après l’opération. Les kinés permettent au patient de retrouver certains gestes du quotidien comme le fait de se déplacer et de se lever. Pendant une durée de 45 jours, la seule activité pouvant être pratiquée reste la marche dans le but de réactiver les muscles des jambes et du dos. Néanmoins, les activités restent restreintes et le chirurgien peut orienter le patient vers un régime alimentaire spécifique, le temps de la convalescence.

    Risques et complications de l’opération de la scoliose

    Elles sont rares.

     

    Elles peuvent être liées à l’abord chirurgical. Par exemple, en cas d’abord postérieur, des risques existent concernant une déchirure de l’enveloppe entourant les racines et la moelle épinière (brèche de la dure mère). Un écoulement de liquide céphalorachidien entraîne un risque de méningite. En cas d’abord antérieur du rachis lombaire ou dorsal, un saignement abondant provenant des vaisseaux pré rachidiens peut être observé. Une lésion de l’uretère peut aboutir à une ablation du rein. Ces situations sont exceptionnelles.

     

    Le risque d’infection est de l’ordre de 3 à 5 % par abord postérieur et de 0,5 % concernant l’opération de la scoliose par voie latérale ou antérieure. Ces infections entraînent quasi systématiquement une réintervention et une antibiothérapie prolongée de 6 semaines.

     

    Des saignements abondants peuvent entraîner un choc hémorragique. Ces hématomes se résorbent dans la majorité des cas de manière spontanée.

     

    Des complications thromboemboliques (conséquences de phlébites), mécaniques (défaut de consolidation osseuse) ou neurologiques (paralysie de certains muscles et troubles de la sensibilités) sont possibles.

     

    Enfin, des risques relatifs à la greffe osseuse existent. Le prélèvement peut être à l’origine de douleurs, voire des complications évoquées ci-dessus.

    logo institut du rachis parisien dr delambre dr poignard

    Cette page a été rédigée par les spécialistes de l’Institut du Rachis Parisien, composé de chirurgiens orthopédistes spécialistes du dos, de neurologues, de radiologues, d’anesthésistes et de kinésithérapeutes.

    Qu'avez-vous pensé de cette page ?

    Note moyenne 5 / 5. Nombre de notes : 8

    Nous sommes désolés de savoir que cette page vous déplait

    Aidez-nous à l'améliorer

    Comment donner de la valeur à cette page selon vous ?