Laminectomie lombaire

Accueil    //    Traitements du rachis – Chirurgie du rachis    //    Chirurgie par voie postérieure    //    Laminectomie lombaire

La laminectomie lombaire est le traitement chirurgical de référence dans le cadre du traitement d’un canal lombaire étroit. Grâce à cette intervention, le patient est en mesure de retrouver rapidement une autonomie avec une suppression partielle ou totale des douleurs radiculaires.

Qu’est-ce que la laminectomie décompressive ?

La colonne vertébrale (le rachis) est constituée d’un ensemble de vertèbres, reliées les unes aux autres par un disque vertébral. Cet ensemble forme le canal rachidien, par lequel passe la moelle épinière et contenant les nerfs. Le canal lombaire, constitué des vertèbres lombaires (L1-L5), voit dans sa partie terminale la moelle épinière se prolonger par la « queue de cheval », un faisceau de nerfs à la base de l’innervation du bas du corps. Normalement, ce canal lombaire est suffisamment large pour accueillir l’intégralité des racines nerveuses. Cependant, pour diverses raisons (constitution du patient, arthrose etc.), un rétrécissement du canal lombaire peut s’installer. Ce rétrécissement au niveau lombaire, appelé sténose lombaire, implique une compression de l’ensemble des éléments nerveux présents dans le canal rachidien et peut provoquer des douleurs aux membres inférieurs (Sciatiques)

 

Une laminectomie lombaire peut alors s’avérer nécessaire. Cet acte chirurgical permet d’élargir le canal rachidien en retirant la partie postérieure de la vertèbre (la lame) pour libérer les nerfs. La laminectomie est une chirurgie de décompression s’effectuant le plus sous anesthésie générale, et pouvant se dérouler sur la zone lombaire, thoracique ou cervicale.

 

L’objectif de la laminectomie lombaire est la récupération de l’autonomie du patient (réduction des troubles de la marche et des sensations d’engourdissement) et la réduction des douleurs sur les membres inférieurs. Cependant les résultats de la laminectomie lombaire ne peuvent garantir une disparition totale des symptômes, notamment si la racine nerveuse est trop abîmée ou a été comprimée trop longtemps.

Indications de la laminectomie lombaire

Généralement, une laminectomie lombaire est indiquée en cas de pathologie de type canal lombaire étroit ou sténose canalaire. C’est notamment en guise de solution à une sciatique ou une cruralgie qui ne passe pas suite au traitement médical ou suite à l’apparition de troubles neurologiques, que la prise en charge chirurgicale doit être envisagée

 

Parmi les autres indications de la laminectomie lombaire figurent :

 

Quoi qu’il en soit, le patient est en premier lieu invité à s’orienter vers un traitement médicamenteux, des infiltrations et à limiter les efforts physiques. Comme précisé précédemment, la laminectomie lombaire est à privilégier selon les indications du chirurgien si le traitement médical n’a pas fait effet après plusieurs mois, ou en cas d’apparition de complications neurologiques (syndrome de la queue de cheval, paralysie etc.).

Déroulement de la laminectomie

L’intervention de laminectomie lombaire se déroule sous anesthésie générale, et dure entre 1 et 2 heures. La durée d’hospitalisationest souvent de 48 à 72h.

 

L’opération chirurgicale a pour objectif d’élargir le canal rachidien pour lever la compression sur la moelle épinière et les nerfs.

  • Le patient est installé sur le ventre.
  • Un examen radiologique permet de localiser précisément la partie rétrécie du canal rachidien, ce qui permet au chirurgien de déterminer l’incision cutanée et le nombre d’étages concerné.
  • Suite à l’incision, la laminectomie est pratiquée (la lame est retirée) avec généralement arthrectomie partielle (une partie de l’articulaire est retirée).
  • Enfin, les tissus musculaires sont refermés, après avoir mis en place un drain pour aspirer les saignements et éviter ainsi la formation d’un hématome si besoin.

 

 

Dans certains cas, une arthrodèse lombaire est également réalisée dans le même temps que la laminectomie, pour stabiliser le rachis s’il est trop déformé ou mobile, ou en cas de douleurs articulaires postérieures.

Suites post-opératoires de la laminectomie lombaire

Consignes post-opératoires de la laminectomie arthrodèse

Le drain est retiré quelques jours après l’intervention.

 

Les douleurs post-opératoires au niveau du dos sont rapidement soulagées grâce à la prise d’antalgiques.

 

Des difficultés à uriner peuvent être constatées, ce qui nécessite de vider la vessie ou de poser une sonde urinaire les 24er heures notamment chez le patient masculin âgé avec des antécédents de problème de prostate.

 

Dès le lendemain de la laminectomie, le patient peut se lever afin de retrouver rapidement son autonomie. Cela lui permettra de faire disparaître les troubles du transit et les douleurs post-opératoires

 

Le pansement est à refaire toutes les 48 heures sous contrôle infirmier.

 

Le plus important reste le fait de bien respecter les consignes du chirurgien concernant l’immobilisation du dos.

 

Un rendez-vous de contrôle a lieu 4 semaines après l’intervention.

 

Rééducation post-opératoire : laminectomie convalescence

Des exercices d’étirement et de gainage constituent la base de la rééducation. Ces exercices s’articulent autour du travail de la marche de manière modérée. Le patient peut alors être assisté d’une ceinture de contention lombaire pendant une courte période post opératoire. Concernant la reprise d’une activité professionnelle, elle sera directement dépendante de la profession du patient. Néanmoins une période de 4 à 12 semaines post-opératoires sera nécessaire pour un retour normal aux activités.

Risques et complications de la laminectomie lombaire

Les risques encourus sont avant tout ceux de toute intervention rachidienne (difficulté à uriner, phlébite d’un membre inférieur…).

 

Des risques plus spécifiques à une intervention du canal lombaire étroit existent également :

  • Hématomes.
  • Infection urinaire.
  • Risque neurologique (pouvant aller jusqu’à la paralysie).
  • Infection du site opératoire.
  • La désunion cicatricielle.
  • Méningite.
  • Échec

 

Néanmoins, la majorité de ses complications guérisse en ayant recours à un traitement approprié. Dans de plus rares cas, certaines complications risquent d’entraîner des séquelles plus importantes avec des conséquences fonctionnelles définitives et lourdes.

logo institut du rachis parisien dr delambre dr poignard

Cette page a été rédigée par les spécialistes de l’Institut du Rachis Parisien, composé de chirurgiens orthopédistes spécialistes du dos, de neurologues, de radiologues, d’anesthésistes et de kinésithérapeutes.

Qu'avez-vous pensé de cette page ?

Note moyenne 4.5 / 5. Nombre de notes : 23

Nous sommes désolés de savoir que cette page vous déplait

Aidez-nous à l'améliorer

Comment donner de la valeur à cette page selon vous ?