Métastases du rachis / tumeur rachidienne

Accueil    //    Pathologies du rachis (lombaire & cervical)    //    Métastases du rachis / tumeur rachidienne

Les métastases sont la conséquence d’une migration de cellules cancéreuses au sein de la colonne vertébrale.

Définition des métastases vertébrales

Lorsqu’un cancer du rein, des poumons, de la prostate ou encore du sein se développent, certaines cellules cancéreuses qui peuvent entamer un processus de migration vers d’autres organes. La colonne vertébrale est l’un des points de migration les plus classiques. Le terme de métastases vertébrales est alors utilisé et correspond à une atteinte de la colonne vertébrale par un cancer primitif d’un autre organe. Ce cancer est parfois inconnu au moment du diagnostic de la métastase. Les vertèbres de la colonne thoracique sont les plus souvent concernées.

Métastases du rachis : symptômes et causes

Les symptômes des métastases vertébrales sont :

  • Des douleurs : souvent de forte intensité.
  • Des troubles neurologiques : les métastases peuvent comprimer les racines nerveuses et/ou la moelle épinière, entraînant des troubles neurologiques tels que des douleurs intenses dans les membres, une paralysie, une anesthésie, des difficultés pour uriner et aller à la selle. En cas de compression importante de la moelle épinière, la paralysie est complète : c’est une paraplégie.
  • Des fractures car la métastase remplace le tissu osseux normal et le fragilise.

Diagnostic de la métastase du rachis

Examen clinique de la tumeur rachis

L’interrogatoire évalue les douleurs et recherche des antécédents. L’examen physique évalue les éventuels retentissements neurologiques (recherche de paralysie, d’anesthésie et dysfonctionnement des réflexes).

 

Examen(s) d’imagerie d’une métastase vertébrale

Les radiographies sont le premier examen à réaliser. Elles seront orientées par le niveau de la douleur. Elles peuvent identifier une fracture-tassement, une lyse osseuse vertébrale (disparition de l’os normal par endroit).

L’IRM détermine la présence d’une tumeur rachidienne. Elle permet de préciser son volume, sa localisation et ses conséquences sur les racines nerveuses ou la moelle épinière.

Le scanner permet de déterminer les conséquences osseuses de la métastase Il évalue bien les fractures, l’étendue de l’ostéolyse avec dans certains cas des constructions osseuses (métastases condensantes) qui peuvent orienter vers le diagnostic étiologique.

Il est important que ces examens complémentaires (scanner et IRM) prennent l’ensemble de la colonne vertébrale. En effet il n’est pas rare que les sites métastatiques rachidiens soient multiples. Il est alors indispensable de les diagnostiquer avant d’envisager toute prise en charge médicale, radiologique ou chirurgicale.

Potentiels examens complémentaires

Une biopsie sous scanner de la vertèbre peut être réalisée afin de confirmer le caractère métastatique de la tumeur observée et de définir l’origine de la métastase.

Métastases rachis : traitement

Traitement médical des métastases du rachis

Les traitements médicaux prescrits s’inscrivent dans une démarche pluridisciplinaire. Des médecins spécialistes de la douleur, des radiologues, des radiothérapeutes, des chimiothérapeutes et des oncologues composent l’équipe médicale. La chirurgie n’est pas systématique et le choix d’y recourir ou non se fait de manière collégiale et dépend des autres traitements suivis par le malade.

C’est ce que l’on appelle la RCP : Réunion de Concertation Pluridisciplinaire.

Outre le traitement de la douleur, une radiothérapie sur la métastase et une chimiothérapie représentent le traitement de choix.

 

Traitement chirurgical

En fonction de la localisation des vertèbres touchées, du risque de fracture ou encore d’une compression de la moelle épinière, plusieurs traitements chirurgicaux peuvent être discuter :

  • La cimentoplastie assure la stabilisation immédiate d’une lésion pré fracturaire ou fracturaire par l’injection de ciment au sein de la vertèbre touchée par la métastase. Cette technique peu invasive a un double objectif antalgique et mécanique.
  • Une décompression est nécessaire en cas de compression de la moelle épinière ou des racines de la queue de cheval par la métastase. Elle s’associe alors dans ce cas à une stabilisation par des vis et des tiges (ostéosynthèse), qui vise à stabiliser la colonne vertébrale fragilisée par la métastase.
  • Après une chirurgie de métastase du rachis, il est le plus souvent nécessaire d’y adjoindre un traitement adjuvant. Celui ci pourra comprendre une chimiothérapie, une radiothérapie ciblée sur les lésions opérées, voire une hormonothérapie en fonction de l’étiologie. Ce traitement, ses modalités, ses délais de réalisation, sont décidés conjointement entre l’équipe chirurgicale, et l’équipe oncologique (l’IDR travaille en collaboration avec le service d’ontologique de l’hôpital Privé des Peupliers (RAMSAY GDS), pour assurer l’ensemble de la prise en charge diagnostique et thérapeutique).
logo institut du rachis parisien dr delambre dr poignard

Cette page a été rédigée par les spécialistes de l’Institut du Rachis Parisien (Professeur Allain, Docteur Arvieu, Docteur Delambre, Professeur Poignard, Docteur Queinnec).

Qu'avez-vous pensé de cette page ?

Note moyenne 4.7 / 5. Nombre de notes : 6

Nous sommes désolés de savoir que cette page vous déplait

Aidez-nous à l'améliorer

Comment donner de la valeur à cette page selon vous ?