Cruralgie

Accueil    //    Pathologies du rachis (lombaire & cervical)    //    Rachis lombaire    //    Cruralgie

Cruralgie : définition

Le nerf crural également appelé nerf fémoral se compose d’un ensemble de fibres nerveuses issues des vertèbres lombaires L2, L3 et L4. C’est un nerf sensitivo-moteur qui assure :

  • la contraction de plusieurs muscles comme les extenseurs du genou ou les fléchisseurs de la hanche,
  • la sensibilité à la face antérieure et interne de la cuisse et de la jambe

La cruralgie est une douleur spécifique qui se manifeste dans la zone du nerf crural (donc à la face antérieure et/ou interne de la cuisse et/ou de la jambe).

Qu’est-ce qui provoque une cruralgie ?

Les causes les plus fréquentes sont :

 

Une cruralgie (qui est une douleur) peut s’accompagner dans certains cas de dysesthésies (trouble de la sensation), de paresthésies (fourmillements) ou d’une paralysie (cruralgie paralysante) dans le même territoire que la douleur.

Diagnostic

Examen clinique

La consultation définira les symptômes principaux et identifiera le trajet de la douleur. Le test de Léri, consiste à reproduire la douleur de cruralgie par l’extension de la hanche.

Seront recherchés les symptômes associés à la douleur : déficit moteur, déficit sensitif, paresthésie… Puis éventuellement d’autres symptômes (douleur lombaire, déformation de la colonne…) pour orienter vers un diagnostic.

 

Examen(s) d’imagerie

La radiographie du rachis lombaire de profil et de face vont permettre d’obtenir une vision d’ensmble de rachis lombaire.

Le recours à une IRM et/ou un scanner du rachis lombaire est nécessaire pour identifier une compression du nerf crural par une hernie ou un canal lombaire rétréci.

 

Potentiels examens complémentaires

L’électromyogramme (EMG) peut être nécessaire pour confirmer la souffrance du nerf crurale et son intensité.

Cruralgie : traitement

Face à cruralgie, que faire ? Traitement médical

Le traitement médical reste la première solution à envisager dans la mesure où il permet de soulager les douleurs dans 90% des cas. Il comprend :

 

Le traitement médicamenteux

Des antalgiques, les AINS, les décontracturants musculaires ou parfois une corticothérapie sont nécessaires seul ou en association pour être efficace.

 

Infiltration

Les infiltrations du rachis lombaire constituent une alternative si le traitement médicamenteux ne permet pas d’obtenir les résultats attendus. Un rhumatologue en consultation ou un radiologue (infiltration sous contrôle radiographique) rompu à cette pratique peuvent réaliser ce geste.

 

Rééducation

Une fois que l’intensité des douleurs a diminué, une rééducation est proposée pour limiter le risque de récidive.

Le travail de rééducation comprend 3 composantes principales :

  • Un renforcement musculaire de la sangle abdominale et des muscles lombaires.
  • Un assouplissement du dos
  • Une éducation sur les mouvements à respecter pour préserver le dos.

Parfois cette rééducation est envisagée dans le cadre d’une école du dos.

 

Le traitement chirurgical de la cruralgie

En cas de traitement médical complet insuffisant, un traitement chirurgical peut alors être envisagé. Le geste proposé dépend alors de la cause retrouvée à la cruralgie.

Par exemple, une cure de hernie discale pour une hernie discale, ou un agrandissement (ou recalibrage) lombaire pour un canal lombaire rétréci.

logo institut du rachis parisien dr delambre dr poignard

Cette page a été rédigée par les spécialistes de l’Institut du Rachis Parisien (Professeur Allain, Docteur Arvieu, Docteur Delambre, Professeur Poignard, Docteur Queinnec).

Qu'avez-vous pensé de cette page ?

Note moyenne 4.6 / 5. Nombre de notes : 18

Nous sommes désolés de savoir que cette page vous déplait

Aidez-nous à l'améliorer

Comment donner de la valeur à cette page selon vous ?