Prothèse cervicale

Accueil    //    Traitements du rachis – Chirurgie du rachis    //    Chirurgie par voie antérieure    //    Prothèse cervicale

L’arthroplastie du disque lombaire et cervical correspond à l’introduction dans le corps du patient d’une prothèse se substituant à un disque intervertébral. Ce type d’intervention est préconisé pour les patients souffrant de névralgie cervicobrachiale sur discopathie sans arthrose ni instabilité. Il s’agit d’une alternative à l’arthrodèse cervicale.

Qu’est-ce que la prothèse discale cervicale ?

Avec l’usure quotidienne, les disques de la colonne vertébrale peuvent s’endommager, se comprimer ou se dessécher, et peuvent entraîner l’apparition d’une hernie discale cervicale. L’intervention permet de retirer totalement un disque cervical abîmé afin de soulager la pression présente sur la moelle épinière et les nerfs. Cependant, chaque patient réagit de façon différente et les résultats restent variables, même si dans l’ensemble la prothèse cervicale offre une véritable perspective pour soulager le patient de ses douleurs chroniques.

 

Cette technique chirurgicale est très efficace dans le but de remplacer un disque endommagé positionné entre deux vertèbres cervicales. Elle est une alternative aux techniques d’arthrodèse et peut même s’avérer plus efficace à long terme pour l’opération de 2 disques ou plus.

 

Comme pour l’arthrodèse cervicale par voie antérieure, le chirurgien pratique tout d’abord une discectomie, consistant au retrait complet entre les deux vertèbres du disque incriminé, avant de positionner une prothèse discale mobile à un endroit précis dans le but de se substituer à l’ancien disque. Contrairement à l’arthrodèse, la prothèse discale cervicale permet de conserver une meilleure mobilité entre les vertèbres.

prothese discale cervicale arthrodese cervicale c5c6 voie anterieure institut du rachis paris chirurgien du rachis specialiste dos paris

Indications de la prothèse cervicale

La prothèse discale cervicale est fortement recommandée chez l’adulte présentant une pathologie dégénérative discale cervicale : hernie discale cervicale qui résiste au traitement médical traditionnel, arthrose discale cervicale douloureuse à condition une fois de plus que le traitement médical ne soit pas efficace.

 

La douleur au cou et / ou au bras sont ainsi des indications de la prothèse cervicale, associés à des symptômes neurologiques du type névralgie cervicobrachiale.

 

Dans la majorité des cas, l’arthrose cervicale et les hernies concernent les étages C5 C6 et C6 C7. Lorsque deux étages sont touchés par la pathologie, il est alors possible de réaliser une chirurgie simultanément sur les deux disques concernés.

 

Les indications de la prothèse cervicale sont relativement proches de l’arthrodèse. Cependant, les indications demeurent plus restreintes et la sécurité sociale ne prend pas en charge le remboursement de l’implant. De même, une arthroplastie n’est pas possible en cas de lésion du rachis cervical instable, d’ostéoporose ou d’autre maladie métabolique osseuse, d’usage régulier de corticostéroïdes ou encore de pathologie tumorale.

Déroulement de la prothèse hernie discale cervicale

Le patient est endormi sous anesthésie générale pendant la durée de l’opération de 45 minutes à 2 heures.

 

La chirurgie se déroule ensuite en quatre étapes.

 

  • Incision: le chirurgien va dans un premier temps réaliser un abord antérieur au niveau du cou, plus précisément sur un des côtés de la trachée. L’incision réalisée par le chirurgien ne fait que 30 à 40 MM.
  • Discectomie: ensuite, le chirurgien dissèque les vaisseaux et les tissus sanguins afin d’arriver jusqu’au disque pathologique. Pour mieux contrôler le niveau, le recours à la radioscopie s’avère indispensable. La discectomie peut avoir lieu en utilisant des pinces spécifiques, permettant de retirer le matériel discal visible. Si à l’entrée du foramen des ostéophytes sont présents, ils seront également retirés par la même occasion.
  • Implant: Une fois que l’espace discal a pu être libéré, le chirurgien procède à la mise en place d’un fantôme de la prothèse discale avec une vigilance très particulière sur l’ouverture et la position de l’espace discal. La prothèse définitive est ensuite positionnée entre les deux vertèbres.
  • Fermeture: la plaie est ensuite refermée.

 

Le patient pourra alors ensuite rentrer chez lui après une hospitalisation de 24 à 72 heures.

    Suites post-opératoires de la prothèse cervicale

    Consignes post-opératoires de la prothèse cervicale

    Dans certaines situations, un drainage est mis en place (pour éviter la formation d’un hématome post-opératoire) puis retiré 24 heures après l’intervention.

     

    Par la prise d’antalgiques, les douleurs post-opératoires sont relativement modérées.

     

    Immédiatement après l’opération, le levé est autorisé, tout comme la déglutition des liquides et la nourriture solide.

     

    Après 24 à 72 heures, le patient peut retourner à son domicile.

     

    Tous les deux jours jusqu’au terme de la cicatrisation, le pansement doit être refait par un infirmier. Pendant un mois, le patient est invité à porter une minerve à visée antalgique.

     

    Rééducation post-opératoire

    Des consignes de posture et de repos sont transmises par le chirurgien. Il est important de les respecter.

     

    La reprise d’activité sportive s’effectue de manière graduelle à partir de six semaines après l’opération. Cependant les sports violents ne sont pas recommandés avant 3 mois.

     

    La reprise d’une activité professionnelle est également possible lorsqu’elle s’exerce dans un bureau. Si des contraintes physiques importantes sont à prévoir, la convalescence peut se prolonger jusqu’à trois mois.

     

    Les rendez-vous post-opératoires (4 semaines après l’intervention, 3 à 6 mois après, puis 1 an après) permettent de contrôler l’évolution et d’affiner les consignes post-opératoires.

    Risques et complications de la prothèse cervicale

    Les complications éventuelles suite à la prothèse discale cervicale concernent essentiellement :

    • Un risque de phlébite
    • D’hématome
    • De saignement
    • Une infection du site opératoire.

     

    Certaines complications plus spécifiques sont existantes mais exceptionnelles comme la lésion du nerf récurrent. Les complications neurologiques sont rarissimes dans ce type d’opération chirurgicale. De même, des douleurs peuvent persister. La prothèse peut également ne pas s’intégrer aux vertèbres.

      logo institut du rachis parisien dr delambre dr poignard
      Cette page a été rédigée par les spécialistes de l’Institut du Rachis Parisien, composé de chirurgiens orthopédistes spécialistes du dos, de neurologues, de radiologues, d’anesthésistes et de kinésithérapeutes.

      Qu'avez-vous pensé de cette page ?

      Note moyenne 4.9 / 5. Nombre de notes : 23

      Nous sommes désolés de savoir que cette page vous déplait

      Aidez-nous à l'améliorer

      Comment donner de la valeur à cette page selon vous ?