Arthrodèse cervicale par voie antérieure

Accueil    //    Traitements du rachis – Chirurgie du rachis    //    Chirurgie par voie antérieure    //    Arthrodèse cervicale par voie antérieure

L’arthrodèse cervicale antérieure est une technique chirurgicale visant à libérer la racine nerveuse comprimée pour soulager le patient de ses douleurs de névralgie cervicobrachiale et cervicales.

Qu’est-ce que l’arthrodèse cervicale par voie antérieure ?

L’arthrodèse cervicale antérieure est un acte chirurgical consistant à fusionner deux vertèbres cervicales entre elles. La voie d’abord est dite antérieure, c’est-à-dire que l’incision se fait dans la zone anatomique du cou, en opposition à la voie d’abord postérieure (en arrière du cou). L’intervention par voie antérieure présente l’avantage de ne pas abimer les muscles, diminuant ainsi le risque de douleur post-opératoire.

 

Concrètement, le chirurgien procède à une discectomie correspondant au retrait total du disque pathologique présent entre deux vertèbres, pour le remplacer par une cage remplie de greffe osseuse. Cette intervention permet une fusion vertébrale (Consolidation de 2 vertebres)

 

La douleur de névralgie cervico brachiale disparaît rapidement après l’acte chirurgical. Concernant les douleurs cervicales postérieures, elles s’estomperont après un peu plus de temps et de façon plus variable selon les personnes. Suite à la réalisation d’une arthrodèse cervicale par voie antérieure, le patient bénéficiera d’un résultat durable et d’un retour à la vie normale progressivement.

cervicarthose myelopathie cervicarthrosique arthrodese cervicale antérieure chirurgien specialiste rachis dos paris dr delambre pr poignard dr arvieu dr queinnec pr allain institut rachis paris

Indications

L’arthrodèse cervicale antérieure est une opération chirurgicale fortement indiquée pour la prise en charge des pathologies suivantes :

 

L’arthrodèse cervicale antérieure s’applique lorsque le traitement médical ne fonctionne pas. Ces différentes pathologies impliquent des douleurs gênantes pour le patient. Les indications de l’arthrodèse cervicale antérieure sont très proches de la prothèse discale cervicale, le chirurgien choisira la technique la plus adaptée à la pathologie du patient et éliminera les contre-indication aux prothèses cervicales (Entorse/ fracture/ instabilités)

Déroulement de l’arthrodèse cervicale par voie antérieure

Avant l’intervention :

  • Avant l’opération, le patient devra mettre un terme à sa consommation de tabac, réaliser les examens préopératoires. De plus, le patient doit arrêter la consommation d’alcool, de médicaments fluidifiant le sang et d’anti-inflammatoires sept jours avant l’opération.
  • Une consultation préalable avec le chirurgien pour définir la prise en charge à envisager.
  • Ensuite, un rendez-vous avec l’anesthésiste.
  • L’acquisition de pansement et de médicaments et l’anticipation de rendez-vous avec le kinésithérapeute et l’infirmière.
  • La vérification du dossier d’hospitalisation.

 

Concernant l’acte chirurgical, il se déroule sous anesthésie générale. L’intervention dure environ deux heures. L’hospitalisation se fait durant 24 à 48 heures après l’opération.

 

Pendant l’acte chirurgical :

  • Dans le cadre d’une arthrodèse cervicale par voie antérieure, le chirurgien repère tout d’abord le disque pathologique grâce à des instruments radiologiques.
  • Il réalise alors une incision au niveau du cou, ce qui lui permet de passer entre les vaisseaux du cou et l’axe digestif. C’est une voie d’abord peu traumatisante pour les muscles du cou.
  • Ensuite, le chirurgien s’attache à atteindre le disque problématique. Pour un meilleur contrôle tout au long de l’opération, le chirurgien s’appuie sur la radioscopie.
  • Le chirurgien procède à une discectomie, c’est-à-dire le retrait du disque malade et de la hernie. En cas de présence éventuelle d’ostéophytes au niveau de l’entrée des foramens, le chirurgien procède à leur retrait au moyen d’une fraise.
  • Une fois que l’espace discal est accessible, un fantôme de la cage discale est positionné, avant de positionner la cage définitive en y incluant la greffe osseuse. Si la stabilité n’est pas suffisante, une ostéosynthèse par plaque et vis peut-être réalisée.

• L’incision est ensuite refermée en utilisant du fil résorbable. Un drain peut être mis en place dans certaine situation.

Suites post-opératoires de l’arthrodèse cervicale par voie antérieure

Consignes post-opératoires

De manière générale, les suites post-opératoires sont peu douloureuses et disparaissent rapidement (au réveil ou après quelques jours). Elles sont quoi qu’il en soit bien maîtrisées grâce au traitement antalgique.

 

24 heures après l’intervention, le système de drainage éventuellement mis en place pendant l’intervention est retiré. Le retour à domicile est envisageable après le retrait du drain.

 

La reprise de la nourriture solide peut se faire rapidement, tout comme la déglutition des liquides sauf en cas de contre-indication de la part du chirurgien.

 

Le pansement est à refaire toutes les 48 heures par un infirmier jusqu’à la cicatrisation de la plaie.

 

Pendant un mois, il est préconisé pour le patient d’avoir recours au port d’une minerve à visée antalgique.

 

La vie normale du patient peut reprendre, en évitant tout effort physique les premiers mois.

 

Le sport peut être de nouveau pratiqué après 3 à 6 mois, à l’exception des sports de contact.

La reprise de l’activité professionnelle est quant à elle déterminée au cas par cas, et dépend notamment du type de métier, des déplacements et de l’âge du patient.

 

Rééducation post-opératoire

Le travail de rééducation post-opératoire après une arthrodèse cervicale par voie antérieure n’est pas nécessaire, les patients récupèrent en général très bien. Elle peut toutefois débuter 1 mois après l’intervention.

 

Quoi qu’il en soit, une vigilance doit être effectuée concernant la reprise des activités professionnelles et sportives, comme précisé précédemment.

Risques et complications de l’arthrodèse cervicale par voie antérieure

Les complications et les risques existent mais demeurent exceptionnels :

  • La formation d’un hématome
  • Une infection du site opératoire
  • Une phlébite
  • Des douleurs musculaires ou cutanées sur la zone de la cicatrice
  • Des complications neurologiques (paralysie des membres)
  • Une déglutition difficile
  • Un trouble de la voix
  • Échec de la chirurgie
    logo institut du rachis parisien dr delambre dr poignard
    Cette page a été rédigée par les spécialistes de l’Institut du Rachis Parisien, composé de chirurgiens orthopédistes spécialistes du dos, de neurologues, de radiologues, d’anesthésistes et de kinésithérapeutes.

    Qu'avez-vous pensé de cette page ?

    Note moyenne 5 / 5. Nombre de notes : 21

    Nous sommes désolés de savoir que cette page vous déplait

    Aidez-nous à l'améliorer

    Comment donner de la valeur à cette page selon vous ?